DÉCOUVRIR L'HYPNOSE

DÉROULEMENT D'UNE SÉANCE

STRESS

     - Difficulté à dormir

CONFIANCE ET
ESTIME DE SOI


     - Violence conjugale

     - Dépendance affective

     - Traumatisme et deuil

ADOLESCENTS
PERFORMANCES SCOLAIRES


APPRÉHENSION DE PRENDRE L'AVION

     - Autres appréhensions

Qu'est-ce que la dépendance affective?

On parle de dépendance lorsque dans une relation, notre estime de soi est entièrement dépendante du regard que porte l'autre sur nous. On n'existe que dans son regard. Les relations de dépendance sont souvent souffrantes et on en retire rarement de la satisfaction. On a l'impression de toujours devoir en faire plus pour susciter l'intérêt d'un conjoint souvent distant, non disponible.

Autres signes : même si on change de partenaire, ce scénario semble vouloir se répéter. Il est d'ailleurs difficile de mettre un terme à la relation. Premièrement, parce qu'on ressent réellement de l'amour pour notre partenaire, puis parce que la peur de la solitude est trop vive.

En dépendance affective

- Aussi malsaine que puisse être la relation, c'est bien de l'amour que vous ressentez. Vous êtes bien dans un état amoureux, mais non dans une relation amoureuse.

- Vous n'êtes pas en véritable relation avec votre conjoint.

- C'est l'absence de réciprocité, d’une relation véritable qui est à la source de la souffrance.

Comment devient-on dépendant affectif?

La dépendance affective prend racine dans l'enfance. L'enfant qui manque de reconnaissance, d'attention ou qui est aux prises avec un parent froid ou absent développera une soif de plaire à tout prix. Il sent qu'il n'existe que dans le regard de l'autre.

D'autres facteurs expliquent également qu'une personne devienne dépendante de ses partenaires : la peur de la solitude, un manque d'estime de soi, la peur de l'abandon et le complexe du sauveur (on veut régler les problèmes de l'autre et on néglige de se regarder soi). Si la dépendance est souffrante, il n'est pas non plus de tout repos d'être l'objet de l'affection d'un dépendant affectif. Maladroitement, de par son acharnement, son insistance, sa jalousie, le dépendant demande à son partenaire de combler une grande carence : «Je ne m'aime pas, aime-moi». C'est une lourde commande.